Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

7 mai 2016

Voici un an que les travaux de mise en état du terrain se sont terminés.

OU EN EST-ON 1 AN APRÈS ?

P1110903.jpg

Les iris, plantés dans la mare creusée il y a tout juste un an, sont en pleines fleurs

En fin de culture à l'automne dernier, j'avais semé des engrais verts pour couvrir et nourrir le sol. Il s'agit de plantes annuelles qui ne craignent pas le gel. Les engrais verts d'hiver sont particulièrement intéressants pour empêcher le sol de se compacter sous les pluies d'hiver (protection physique contre l'impact des gouttes ; travail du sol par les racines). Leur implantation est indispensable lorsque les zones cultivées sont proches des arbres. En effet, les arbres explorent le sol avec leurs racines pendant l'hiver, lors du repos de leurs parties aériennes. La présence des racines des engrais verts dans le sol installe une concurrence racinaire. Le message est clair vis-à-vis des arbres : installez vos racines plus profondément !

Les engrais verts sont restés ras pendant l'hiver :

22:01:16.jpg

Le 22 janvier 2016

Puis ça commence à pousser un peu en mars :

24:03:16.jpg

Le 24 mars 2016

En avril, ça s'accélère :

26:04:2016.jpg

Le 26 avril

Et ce n'est pas fini : il faut attendre que les engrais verts soient en fleur pour les coucher. Pour ce mélange de seigle, vesce et fèverole, il faudra attendre la mi-mai. Ce sera alors le moment de planter les légumes d'été ; c'est donc bien synchronisé !

Il existe d'autres engrais verts d'hiver, intéressants pour leur floraison plus précoce que le seigle et la vesce. Il s'agit du trèfle incarnat :

fleurs trèfle incarnat.jpg

Le pois fourrager est aussi une plante intéressante :

fleur pois.jpg

Malgré son nom, le pois fourrager est délicieux pour les humains, autant en mange-tout qu'en grains.

Une fois que les engrais verts sont en fleur, la teneur de leurs tissus est riche en carbone. C'est alors le moment de les coucher. Les plantes, une fois couchées, serviront à pailler le sol. Elles le protègeront contre les pluies battantes, le rayonnement solaire, le dessèchement et la levée des herbes spontanées. Elles nourriront aussi les vers de terre et autres organismes du sol, qui vont les transformer en humus.

butte maïs 3 mai 2016.jpg

Une butte implantée de trèfle incarnat en cours de couchage

EV s: maïs 7:05:16.jpg

La même butte, engrais vert couché puis recouvert de BRF

Une  fois les engrais verts couchés, on les recouvre de BRF (broyat de branches d'arbres) pour apporter encore plus de matière carbonée sur ce sol qui en a un grand besoin. Le BRF va aussi servir à lester les plantes couchées pour qu'elles ne se relèvent pas. Pour des sols déjà riches en humus, l'apport de BRF n'est plus nécessaire : il suffit de poser une bâche noire pendant une dizaine de jours pour finir de détruire l'engrais vert et s'assurer que les plantes resteront bien plaquées au sol.

Pour planter les légumes d'été (tomates, aubergines, poivrons, courges, courgettes et potirons, etc.), il suffit de planter les mottes dans la terre, juste sous le paillage.

Dans un sol vivant et nourri (paillages végétaux de surface), les vers de terre prolifèrent. Ce sont eux qui labourent le sol. Le jardinier n'a plus besoin de travailler sa terre !

Les outils pour coucher les engrais verts :

Des vieilles raquettes à neige font l'affaire :

raquettes.jpg

Ou encore un bricolage facile :

planches dessus.jpg

Une planche sur laquelle on fixe une corde à tenir en main.
Sous la planche, on visse des cornières métalliques :

planches dessous.jpg

On appuie de tout son poids sur la planche, et on progresse selon un mouvement de pendule entre le pied arrière et celui posé sur la planche :

couchage EV 1 2.jpg

L'amélioration du sol

Même s'il reste encore beaucoup à faire pour transformer cette terre très lourde en terre maraîchère de rêve, le chemin vers l'aggradation du sol est en marche.

Grâce aux apports de BRF, les mycelliums s'y sont installés, gage d'une terre qui reprend vie. La fructification du mycellium n'est autre que les champignons, très nombreux sur les planches de culture :

champignons.jpg

Les carpophores, fructification du mycellium

mycellium .jpg

Le mycellium, visible sur cette "motte" de BRF qui a été retournée

turricules zoom.jpg

Les turricules, qui manifestent la présence des vers de terre 

Écrit par Paysages gourmands Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.